L’apprentissage de la propreté : Comment apprendre à bébé a aller sur le pot ?

By CCBB

Que ce soit pour le premier ou le prochain de vos enfants, le sujet de l’apprentissage de la propreté est un sujet qui revient… et inexorablement… toujours… absolument ! Qu’il s’agisse de l’entrée de votre enfant à la maternelle, d’un bref séjour en colonie de vacances ou d’une simple envie d’apprendre à utiliser les toilettes, dans tous les cas, l’apprentissage de la propreté est une étape essentielle qui peut être une expérience bouleversante (oui, je sais de quoi je parle) mais aussi un rêve idéal (j’en suis sûre aussi !).

Et surtout, croyez en vous en tant que maman (ou papa) et prenez les conseils que vous voulez concernant les conseils, et laissez tomber le reste : la belle-mère qui insiste pour vous dire que c’est l’été et que c’est une bonne idée de garder les fesses de votre bébé à l’air ( » mais oui, belle-maman, mais 9 mois, c’est tout petit non ? « ) et la maîtresse qui dit qu’il faut le faire en une seule fois, jour et nuit, sinon ça ne marche pas (« et sinon c’est vous qui lavez les draps ou c’est ça ? ») ou votre voisine qui a AUSSI quelque chose à dire sur la couche de votre bébé (ou la première, selon ce que vous cherchez). )…

Voici les conseils du Blog A cuillère pour Doudou pour profiter de cette étape en toute sérénité sans pression pour vous ou votre bébé.

La propreté des bébés est une question neurologique et physiologique.

Il est courant de dire que votre enfant sera propre lorsque vous saurez gérer ses sphincters qui sont les fameux muscles qui régulent la vessie et l’anus. Pour cela, votre enfant doit mûrir sur le plan neurologique… un peu comme des fraises dorées au soleil pour qu’elles soient belles et sucrées, n’est-ce pas ? Le processus de maturation se produit généralement entre 18 et 20 mois pour contrôler la fonction vésicale et un peu plus tard pour les autres muscles.

C’est évident et comme pour tout ce qui concerne votre enfant, il n’y a pas de « moule nécessaire ». Certaines personnes y parviennent rapidement, tandis que d’autres le maîtrisent plus tard. En général, le fait de mettre votre enfant aux toilettes très tôt s’apparente au dressage des chiens. À partir de ce moment-là, le fait de mettre votre enfant aux toilettes sera davantage un réflexe qu’un processus d’apprentissage. J’aimerais dire que votre enfant sait mieux que vous quel est le meilleur moment pour apprendre.

voir plus  Baby mobile : plus qu'une simple décoration pour la chambre de l'enfant !

Mon deuxième enfant m’en a donné un exemple étonnant au cours du 18e mois d’été. Aucune limite de temps ne nous avait été imposée et nous réagissions positivement au son de différentes cloches qui résonnaient sur l’air de « c’est l’été, mets ses fesses en l’air ». J’ai jeté mon enfant dans un endroit nu… et mes sols n’ont jamais été aussi propres qu’à cette époque, avec une serpillière à la main et en répétant sans cesse « chéri, as-tu vraiment besoin d’aller aux toilettes ? N’oublie pas le pot ici, n’est-ce pas ? « …et mon fils n’a pas été terrifié par ce dont son corps pouvait être capable « sans qu’il en ait le contrôle » « …et les toilettes n’ont jamais été aussi vides ! Qu’est-ce qu’il y a…

J’ai donc remis sa couche à mon fils et j’ai rangé les toilettes dans le garage pour un usage ultérieur…

L’apprentissage de la propreté pour les bébés est une question de choix et de désir.

L’apprentissage de la propreté est une question de désir pour votre enfant… une question de temps, une question de temps (souvent) pour vous deux ainsi que pour l’enfant… et enfin une question de détermination pour vous aussi. Même si l’on peut dire que ce processus est à prendre comme tout le reste (apprendre à manger seul ou à marcher) sans pression, sans enjeu, sans chantage, etc. C’est un lourd fardeau qui pèse sur nos épaules.

Parce qu’il doit être propre pour la rentrée scolaire (ouf, « seulement » deux mois pour y être, c’est vraiment ça ? ) et qu’il ne doit pas porter de couche avant 3 ans, car il va devenir un grand… Après 2 visites à la boîte  » apprentissage de la propreté « , je voudrais vous informer qu’il faut être préparé, que le petit doit être préparé… et que tout se passera bien.

La première fois que j’ai vécu cela a été… catastrophique. Je ne suis pas capable de décrire ce qui n’allait pas (et je ne veux pas le savoir d’ailleurs, j’ai même oublié certaines choses qui se sont passées à l’époque, mais je ne m’en souviens pas, alors il fallait que je les passe pour me concentrer sur les choses les plus importantes ! ), une mère qui n’arrive pas à contrôler son enfant ? Un fils qui bloque beaucoup, que ce soit sur les toilettes ou aux toilettes ? Des tensions familiales sur le sujet ? Beaucoup de ces choses font que la transition de l’apprentissage de la propreté s’apparente à une course olympique… mais on ne monte jamais sur le podium !

voir plus  Quelle est la différence entre détoxifier et désintoxiquer ?

Une autre expérience que j’ai vécue, tout récemment, est complètement opposée. Un bambin qui choisit de ne plus porter de couches (parce qu’il fait chaud, que ça gratte, etc.) et une maman un peu nerveuse (par rapport à l’expérience initiale) mais flexible et prête (pas de rappels constants pour aller aux toilettes et pas de fesses qui flottent parce que c’est un week-end et que nous sommes loin de la maison) : des températures parfaites… et le zou, qui est propre en une semaine ! Quelles que soient les circonstances ou l’état d’esprit de la maman et la confiance en l’enfant (et la confiance dans les parents ou les papas de l’enfant) contribuent à ce processus !

Mais avant tout, il faut faire confiance à son enfant et savoir qu’il est en âge de le faire (cela peut se faire par des signaux évidents comme le fait qu’il vous informe que la couche le gêne – profitez-en – ou par des signaux moins apparents comme la couche sèche au bout de quelques heures. ).

L’apprentissage de la propreté est une question de patience

La maturation psychologique et physique, l’envie et le désir de suivre le processus d’apprentissage sont autant de facteurs qui font que l’apprentissage de la propreté est un jeu d’enfant. Cependant, je pense qu’un autre ingrédient est nécessaire : la patience. Comme pour toutes les phases du développement de votre enfant, la patience dont font preuve les parents et les grands-parents est un facteur important de l’apprentissage de votre enfant.

  • Ne vous mettez pas la pression parce que votre enfant entrera à l’école maternelle dans deux mois (ou une semaine). Les choses peuvent se produire rapidement. Les petits incidents à l’école ne sont pas rares et ne soyez donc pas gêné si votre enfant se fait pipi dessus après l’entrée à l’école. Ce sont des choses qui arrivent ! Alors ne lui courez pas après, avec un pot dans une main et une serviette dans l’autre, et ne le harcelez pas en lui demandant « es-tu vraiment sûr ? Tu ne veux pas ? » (oui, ça sonne presque vrai).
  • Ne vous fâchez pas parce que c’est le cinquième pipi que vous mettez sur le sol de votre salon (et au moins vous pourrez vous vanter que vos sols sont propres !) Petibout a besoin de confiance et de confiance en soi. Il doit être rassuré sur ses capacités et sur ce qui lui arrive. Communiquez, calmez et consolez. Ne faites pas de sa « réussite » un problème que vous ne pouvez ignorer ou un sujet de discussion sans fin. Votre enfant pourrait se sentir étouffé, mais il pourrait y voir un moyen d’attirer l’attention et de concentrer la vie de ses parents sur cette étape particulière. Cependant, vous pouvez faire en sorte qu’il soit fier de ce que vous êtes et qu’il soit fier de lui !
  • Ne vous lancez pas dans de longues leçons de toilette. En 10 minutes, ce sera fait (ou pas). Mais ne l’obligez pas à rester là pendant des heures. Vous perdrez du temps, vous le mettrez en colère, vous le ferez se sentir mal et vous le rebuterez. N ‘ayez pas peur des « retards » ou des « avances « . Le développement de votre enfant se fait à sa propre vitesse et l’apprentissage de la propreté n’est pas une performance olympique (à l’exception des tests de dépistage de drogues, mais ce n’est pas vraiment le sujet) !
  • Simplifiez-vous la vie (et la vôtre !) en portant des vêtements faciles à enlever et à laver… ou laissez simplement le ventre de votre enfant à l’air (le mien ne porte pas de short ni de sous-vêtements à la maison… parce que c’est trop difficile à enlever et qu’il a peur de mouiller ses vêtements. Ainsi, lorsque vous entrez de l’extérieur, il enlève son short ! Pourquoi devrais-je m’en préoccuper puisqu’il se sent mieux et qu’il peut le faire… Je peux entendre des petites voix qui demandent « qu’est-ce que c’est que cet hiver ? ? »… Eh bien, cet hiver, j’espère qu’il sera rapide, propre et rapide !), bref, soyez ZEN !
voir plus  Quelle est la différence entre le thé sencha et le thé vert matcha ?

Le petit plus de l’apprentissage pour la route

Pour vous aider tous les deux à traverser ce processus inévitable, communiquez, expliquez (on a demandé au mien « c’est quoi le caca » et « pourquoi on fait pipi » ? ), si vous devez le faire, enregistrez-vous et… lisez !

Surtout avec votre bébé ! Le fantastique blog « I’m a dad » a créé une liste de livres à lire avec votre enfant Les 15 meilleurs livres pour l’apprentissage de la propreté chez les bébés

Articles Similaires

Laisser un commentaire

5 × cinq =