Terrible two : qu’est-ce que la crise des 2 ans ?

By CCBB

Ce blog ne sera pas écrit dans la langue de Shakespeare. Il ne s’agit pas non plus de vous informer de l’arrivée d’un extraterrestre. Cependant, le Terrible two peut être partout… même dans votre maison ! Votre enfant a presque deux ans ? Vous n’êtes pas sûr de le reconnaître maintenant ? Il vous étonne par son comportement tyrannique et ses pensées aléatoires ou ses colères ? Vous entendez le  » non «  revenir à chaque fois que vous tentez d’engager la conversation ? Alors la crise des deux ans est dans la maison !

Décortiquons cette nouvelle ère et découvrons le rôle que vous, en tant que parents, devez assumer.

Le Terrible two : est-ce que mon enfant est dedans ?

Le Terrible Two (mais on pourrait aussi l’appeler  » la petite adolescence « ) concerne les enfants qui ont atteint l’âge de deux ans. Cependant, comme il n’y a pas de formule mathématique au monde et encore moins pour un jeune, il s’agit d’une tranche d’âge qui couvre la tranche d’âge entre 18 et 36 mois (aïe !), elle peut durer plusieurs années ou être de courte durée et revenir par la suite ou s’installer pour quelques mois.

Dans cette phase cruciale (pour vous deux), votre enfant vit une variété d’expériences et d’apprentissages significatifs : marcher et parler ! Malheureusement pour lui, il s’agit d’une période prolongée et difficile et les émotions sont fortes. Soyez conscient de ses nouvelles capacités mais il a aussi ses défauts. L’enfant qui vous fait pleurer se transforme en  » monstre « .

Voici l’affreux dictateur en colère qui vous laisse pantois et désarmé et vous rappelle qu’il sait utiliser la simple phrase  » non « . Quel parent n’a pas été perplexe devant ce changement brutal d’événements ? Quel parent ne s’est pas demandé « pourquoi moi ? » ou « qu’est-ce que j’ai fait ? ». Car le terrible two se manifeste tous les jours et en ce moment même !

  • Il essaie de mettre ses chaussures tout seul (généralement lorsque vous êtes dans une situation urgente) et n’y arrive pas, mais n’a pas besoin d’aide. Résultat : il s’énerve et se met à pleurer
  • Il cherche un pantalon noir avec un porte-clés intégré et des poches sur les côtés. Le problème, c’est que c’est celui sur lequel la dernière compote a été joyeusement étalée. Résultat : colère
  • Petite Mademoiselle vous accompagne au magasin et exige désespérément de prendre la bouteille d’huile d’olive dans un verre. Vous refusez et lui expliquez pourquoi. Résultat : elle se roule par terre en hurlant.
voir plus  Comment divertir vos enfants pendant les vacances ?

Les exemples ne manquent pas ! Limites et retards Ce sont des notions difficiles à appréhender pour l’enfant qui, jusqu’à présent, devait crier pour obtenir de la nourriture à toute vitesse, puis pleurer pour qu’on le sorte de sa place de roupilleur…

En tant que mère (ou père), c’est rafraîchissant, tendu et parfois incroyable. Que pouvez-vous faire ?

Le rôle des parents face au terible two

Dialogue, fermeté parfois intelligente et, surtout, patience C’est ainsi que l’on peut résumer les traits du rôle du papa et de la maman.

Si cette étape est et reste normale, il n’en reste pas moins que vous devez intervenir plus ou moins. Votre enfant doit apprendre à gérer ses émotions, à les gérer et à se calmer.

Fermeté Votre enfant est en train de devenir un tyran et vous aimeriez le soutenir dans cette phase difficile pour vous deux. Ne le laissez pas partir mais, surtout, ne lui permettez pas de faire ce que vous voulez qu’il fasse. Vous ne l’aiderez pas.

Vous vous retrouverez à dire « non » fréquemment. Mais surtout, restez ferme, tenez-vous en à vos principes et ne baissez pas la garde parce que vous avez été séduite par ses yeux doux et humides.

Pour ce faire, vous devez établir des lignes directrices incontourn ables (notamment en matière de sécurité ) et des règles incontournables. N’enfreignez jamais les règles de ce programme.

Si votre enfant détecte cette faille (naturelle) en vous, et qu’il se rend compte qu’en criant, en pleurant et en suppliant , il est possible de vous faire revenir sur votre décision, l’autorité de votre enfant disparaît (il n’y a pas de finalité non plus, mais vous devez rester sur vos gardes).

voir plus  Tout sur le congé de maternité : durée, indemnités et reprise

C’est aussi le moment où la fermeté peut intervenir, par exemple en plaçant votre enfant dans un coin (évitez son lit ou sa chambre pour qu’il n’y ait pas de confusion) ou en le sortant de l’espace pour exprimer votre frustration (et votre désapprobation face à son comportement), ce qui peut aider à réduire la tension qui réside chez l’enfant. Après quelques minutes, lorsque le calme est revenu, vous pouvez expliquer la raison pour laquelle votre enfant est relégué au second plan , sans ressentiment, puis continuer votre journée.

Dialogue : la fermeté ne va pas sans le dialogue et l’explication des raisons de votre colère/refus/déplaisir.

Il existe différentes manières de décortiquer le drame en cours :

  • Donner des mots à son humeur en lui disant  » je reconnais que tu es en colère mais… « , l’encourager à manifester sa colère autrement qu’en disant  » non  » ou en criant.
  • Éviter qu’un événement ne commence ou ne se termine par une autre chose pour préparer l’esprit de votre enfant, même s’il ne saisit pas encore la notion de temps. Exemples : « Dans quelques instants, tu devras ranger tes jouets parce que nous allons manger.

L ‘astuce L’astuce consiste à donner des choix « positifs » au lieu de forcer systématiquement la décision. Ainsi, le petit diable qui sommeille en lui se sentira satisfait d’avoir fait un choix (même en sachant que cette décision est prise par vous). Exemples : « Préfères-tu le short bleu ou rouge ?

  • Attirez l’attention de votre enfant en lui proposant une autre activité ou même en entamant une conversation ludique. Par exemple : « Oh, viens voir : « Oh, viens voir, il y a une girafe en rose dans le jardin !
  • Un autre conseil : l’ignorance délibérée. Ne vous mettez pas en colère dès que la situation devient stressante (oui, je sais qu’il est difficile d’être parent, surtout si vous êtes le seul enfant autour, et surtout quand vous êtes « public », surtout quand vous êtes épuisé, fatigué et que vous jonglez avec 36 tâches simultanément comme le font toutes les mamans), ne vous concentrez pas sur l’aspect négatif et concentrez-vous plutôt sur le problème (je l’ai essayé et ça marche . Et généralement, cela aide aussi à les vacciner, car le fait d’être « toute seule » dans un rayon d’épicerie, avec des inconnus qui vous regardent, « calme leurs nerfs »… pendant un certain temps !)
  • Patience C’est une qualité qui doit être la vôtre. Prenez une inspiration et même éloignez-vous de l’endroit où se trouve l’enfant. et criez dans votre tête… mais veillez à ne pas lui crier dessus. Ce n’ est donc pas facile tous les jours et vous pouvez vous rendre compte que vous n’y arrivez pas. C’est aussi apprendre à votre enfant que vous êtes humain et que votre attitude est allée trop loin.
voir plus  Liste des indices de satiété des aliments, A quoi ça sert ?

Veillez à revenir à votre routine normale et informez votre enfant de ce qui vous a amené à perdre votre sang-froid.

Malheureusement, il n’existe pas de recettes mag iques ou de potions magiques vendues dans le commerce pour vaincre le Terrible Two. Votre force réside dans votre persévérance et votre détermination, ainsi que dans votre capacité à gérer des circonstances difficiles… mais vous devez aussi faire confiance à votre enfant pour être un bon parent et le responsabiliser. Le mot de la fin ? Bonne chance et ne culpabilisez pas… enfin pas trop !

Plus d’informations Comment passer le cap des deux ans terribles.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

dix-huit + neuf =